Sommaire


4 – LES ÉTAPES DE L’ANALYSE DES DONNEES

Les étapes de l’analyse sont décrites de façon assez large dans la plupart des manuels de recherche qualitative. De nombreux facteurs déterminent l’approche analytique parmi lesquels peuvent être cités le thème de l’étude, la méthode utilisée par le chercheur, les objectifs visés par l’étude, l’expérience du chercheur et bien d’autres aspects encore. Cependant, dans L’approche phénoménologique en recherche, Deschamps définit quatre étapes importantes pour l’analyse des données qualitatives.

Une fois que les données sont recueillies puis transcrites, le chercheur procède aux différentes étapes de la réduction phénoménologique, qui consistent en ce qui suit (Deschamps, 1993) :

1) Tirer le sens général de l’ensemble de la description
C’est-à-dire effectuer une ou plusieurs lectures flottantes, de manière à se rapprocher à nouveau du phénomène et à s’en saisir de l’intérieur.

2) Reconnaître les unités de signification qui émergent de la description
Le chercheur doit alors découper le contenu du verbatim en autant d’unités que l’on peut déceler à chaque transition thématique observée lors de la lecture, et cela dans la perspective de chaque participant. Les unités de signification dégagées permettent de remonter du vécu (expérience) ver le concept (structure typique du phénomène étudié). Les unités de signification principales représentent la structure du phénomène.

3) Développer le contenu des unités de signification de manière à approfondir le sens qui est contenu dans le matériel
A cette étape, le chercheur approfondit sa compréhension de l’expérience en traduisant les unités de signification en unités approfondies de signification, c’est-à-dire que le contenu du verbatim correspondant à une unité de signification est alors approfondi par le chercheur grâce à sa connaissance plus générale de la réalité explorée. Il explicite dans ses mots et dans celui du participant ce qu’il en est de cette partie de l’expérience, dans une optique d’analyse qui permet l’appropriation du sens, sa compréhension, son explicitation et son élaboration. Par exemple, il est possible de séparer le texte analysé en deux colonnes : dans la première colonne, on peut lire dans l’ordre chronologique, les unités de signification des mots des participants et, dans la deuxième, les mêmes unités de signification sont reprises en unités approfondies de signification, explicitées et élaborées. Les unités approfondies de signification représentent la rencontre active du chercheur avec l’expérience.

4) Réaliser la synthèse de tous les développements des unités de signification, dans le respect du phénomène considéré, et décrire la structure typique du phénomène
C’est la dernière phase de la démarche de réduction phénoménologique. Ici, le chercheur doit réunir les unités de signification et les unités de signification approfondies en une description consistante, cohérente, qui prend une forme synthétique. Chaque récit analysé entraîne une description systématique et fidèle des propos de participant, selon la structure qui lui est propre. Le chercheur procède aussi à la synthèse des différents récits par une description générale de la structure typique de l’expérience : on passe alors de la description vers le concept et un niveau de généralité supérieur. Dans sa démarche de réduction phénoménologique, le chercheur peut solliciter le point de vue des répondants, leur communiquer la description de l’expérience typique et obtenir d’eux une appréciation. Cette étape permet d’approfondir l’analyse.

 
Copyright©ROCARE/ERNWACA - eMail : info@rocare.org